25 ans ça se fête ! A l’occasion de ce soufflage de bougies, Le P’Tit Torê a voulu se pencher sur le passé, le présent et le futur du CHEL. Qu’est-ce c’est ? Qu’y fait-on ? Comment le rejoindre ? Manoah Deba, président actuel du cercle répond à nos questions.

Le Cercle Homosexuel Étudiant Liégeois ne porte plus si bien son nom selon Manoah. Avec le développement du cercle, de ses membres et de ses activités, il serait plus judicieux de remplacer « cercle » par « ASBL », « homosexuel » part « LGBTQI+ » et « étudiant » par « jeunes jusqu’à 30 ans ». En réalité, tout le monde est bienvenu au CHEL peu importe son orientation sexuelle ou son identité de genre.

Le CHEL, c’est un endroit accueillant, où l’on peut rencontrer des personnes avec les mêmes intérêts, les mêmes expériences ou encore les mêmes difficultés que nous. S’organisent alors des activités tous les jeudis au Sips qui permettent la socialisation et la sensibilisation avec des thématiques autour de la santé sexuelle, mentale et physique. Au centre de tout, l’écoute et la discussion, qu’importe qui tu es tant que tu viens intéressé, avec des idées et prêt à partager de bons moments. Manoah conçoit que pour certains le pas est plus difficile à franchir : « Il n’est pas toujours évident de passer cette porte un peu lourde pour certains, c’est pourquoi on peut aussi nous contacter par des moyens plus modernes comme Facebook par exemple ».

En 25 ans, il s’en passe des choses ! L’infrastructure de l’organisation a évolué avec le secteur associatif LGBT en Wallonie. À son commencement, le CHEL représentait une des seules infrastructure accueillant des membres de la communauté LGBT à Liège. Heureusement, les mentalités ont évolué et de plus en plus de gens s’intéressent aux organisations LGBTQI+ qui sont d’ailleurs de plus en plus répandues.

Selon Manoah, il n’y a pas que les infrastructures qui ont changé, l’état d’esprit et la manière de percevoir le cercle sont différentes. Pour un mieux. À ses débuts, le CHEL recueillait des gens parfois moins à l’aise avec leur sexualité par rapport à leur entourage. S’y intéressaient souvent des personnes qui se sentaient seules et qui n’avaient aucun soutien dans la communauté LGBT. La discrétion incarnait une des valeurs les plus importantes à l’époque, mais pour Manoah, ce souci de discrétion n’est plus si considérable. L’environnement semble plus sûr et agréable de nos jours. Pour le président, les combats se sont déplacés en même temps que les mentalités.

Qui dit anniversaire dit fête ! Pour marquer le coup, le CHEL organise une soirée ce samedi 29 février dans le carré au Living Room dans une idée de célébration. Le mot d’ordre : tout le monde est le bienvenu (tant qu’il est là pour faire la fête dans la meilleure des ambiances).

Pour le mot de la fin, Manoah explique parfaitement ce qu’est vraiment l’ASBL « Au CHEL, on est ouvert à tout le monde, les personnes LGBTQI+, mais aussi leurs alliés. Ce que l’on veut, c’est créer un espace où tout le monde est le bienvenu et où on peut se sentir soi-même sans avoir à se justifier d’une quelconque manière. »

Alix Gerday

Comment contacter le CHEL ?

  • Site : https://www.chel.be/
  • Facebook : CHEL asbl
  • Mail : comite@chel.be
  • Rencontre : Tous les premiers jeudis du mois à partir de 17h30 à la Maison Arc-en-ciel (Rue Hors-Château, 7, 4000, Liège) et les autres jeudis au SIPS (Rue Soeurs-de-Hasque, 9, 4000 Liège)