À Liège, la guerre des gaufres fait rage. Cannelle ou natures, toutes rêvent de régner sur la Cité Ardente. Mais il y en a une pour qui le trône semble être tout désigné…

(11) gaufres 2

Gaufre de la Maison Saperlipopette, première du nom, reine de Bueren… Sa renommée n’est plus à faire. Pâtisseries et chocolats ornent son somptueux château. Son parfum soumet les plus valeureux, sa peau caramélisée hypnotise et sa pâte ferme surprend par sa légèreté. Armée d’un doux arôme de cannelle, elle conquiert les papilles. En contrebas de la montagne, nombreux sont ceux qui attendent de la rencontrer. Avant de lui faire face, chouquettes et autres gourmandises gracieusement offertes viennent divertir l’appétit. Qu’importe le temps, la cour de sa majesté ne désemplit jamais.

Avant de ployer le genou devant sa majesté, le P’Tit Torê a rencontré toutes celles qui prétendaient au titre. Par-delà la Meuse siège la gaufre de la Maison Massin, dont l’amertume l’empêche d’aspirer à la couronne. Sous la Cathédrale les vestiges de la Gaufrerie témoignent de la bataille acharnée que se livrent les maisons. Seule la surprenante texture de pâte de chez Pollux peut encore être dégustée sur la Place. Plus loin La Gaufrerie reste inoffensive par son manque de saveur et il en va de même pour la gaufre pâteuse de chez Delforge.

Seule la gaufrerie Galét, semble se démarquer. Mais malgré sa nouvelle gaufre épaisse et son petit prix, elle n’est pas prête de faire tomber la tête de la savoureuse reine Saperlipopette.

Patrick Lima

Vous mourez d’envie de voir notre testeur préféré se dévouer pour manger toutes ces gaufres ? Rendez-vous sur nos réseaux !