Fâchés avec les maths ? Vous avez jusqu’au 30 novembre pour tenter une réconciliation à l’exposition Dynamath du Musée de la Science. Pythagore a du souci à se faire.

Qu’on se le dise, je n’aime pas les mathématiques. La table de deux me posant déjà problème dès les primaires, c’est avec curiosité que je me rends à cette exposition. Et si, pour la modique somme de 3€50, je me découvrais une nouvelle passion ?

Une fois sur place, pas un chat. Les mathématiques ne semblent donc pas faire l’unanimité. N’en déplaise à mes idées de littéraire convaincue, let’s go pour la découverte.

Esthétiquement, l’exposition est agréable. Différents jeux sont mis en place (le jeu d’Ariane, un micro pour mesurer l’intensité du volume etc.), beaucoup de panneaux colorés et explicatifs. Bref, tout est fait pour rendre l’exposition attractive (il y a même un Manneken Pis miniature, si ça ce n’est pas de l’investissement !). Cependant, la magie ne prend pas.

En effet, le nombre de panneaux à lire est important et leur contenu assez rébarbatif. Si, comme moi, vous avez oublié toutes vos règles mathématiques, vous aurez des difficultés à résoudre telle ou telle « énigme » (à ma grande déception, rien à voir avec celles du Père Fouras). Les sujets ne sont pas intéressants outre mesure, je me vois mal me la péter à dire que l’Atomium est composé de dodécaèdres disdyakis.

L’exposition n’est donc pas accessible à tout le monde. Simplement aux passionnés de chiffres et à ceux prêts à lire les panneaux pendant plus de quatre heures. Je n’ai donc rien appris, à part raser les murs pendant plus d’une heure. Pythagore peut dormir sur ses deux oreilles.