“En opposant sans cesse drame et comédie, Samba soulève des questions essentielles sans donner de réponse, il pousse à chercher des solutions”. C’est ainsi qu’Omar Sy résume le nouveau film dans lequel il détient le rôle principal. Dans les salles de cinéma depuis le 15 octobre, Samba se révèle être le deuxième chef d’œuvre D’Eric Toledano et Olivier Nakache, après Intouchables.téléchargement

Le film reprend, en grande partie, la trame d’Intouchables : Samba (Omar Sy) est un immigré Sénégalais, résidant en France depuis 10 ans, menacé d’expulsion, il accumule des petits travaux pour s’en sortir ; Alice (Charlotte Gainsbourg) est une Française bourgeoise, dépressive, essayant de sortir de son burn-out, c’est pour cela qu’elle deviendra bénévole dans une association pour la défense des sans papiers, c’est là que vont se croiser le chemin des deux solitaires. Ceux-ci vont s’aider, se comprendre et s’aimer jusqu’à l’effacement des notions de rapport de classes.

La mise en scène de l’immigration clandestine en France est le sujet central du film, mais, mêlée à une histoire d’amour, les aspects de ce drame social sont rendus plus supportables. Mélodrame, mis en parallèle avec comédie romantique,  ça ne manque pas de déboucher sur une scène de strip-tease d’un laveur de carreaux, en référence à la pub Coca-Cola, ou encore sur des scènes d’amour maladroites. L’accent fort africain d’Omar Sy, la pudeur et la fragilité de Charlotte Gainsbourg,  le talentueux duo de Tahar Rahim et Izia Higelin, les différences mais aussi l’humanisme des personnages, le multiculturalisme, les courses-poursuites et même l’amour, tout est mesuré, tout est équilibré, afin de faire réfléchir mais sans manquer de nous faire rigoler tout au long du film, et cela avec d’excellents sons de piano. L’impression de Déjà Vu peut resurgir à certains moments de l’histoire, mais cela n’empêche pas de nous laisser emporter dans un récit surprenant et touchant.

Esen KAYNAK