Fille voilée devant l'universitéLe voile islamique fait grand débat dans les médias, pourtant les musulmanes concernées sont rarement écoutées. Sans témoignage de voilées, il est compliqué de comprendre pourquoi elles décident de porter le hijab ou pourquoi elles choisissent de le retirer. Narjes Jaafar et Sally Beydoun, deux étudiantes musulmanes, participent à une conférence TEDxLAU où elles racontent leur expérience concernant le port du voile.

Narjes a choisi de porter le hijab très jeune. Elle était très heureuse d’avoir pris cette décision, jusqu’à ce que, 12 ans plus tard, elle se sente sous pression de devoir représenter toutes les musulmanes. Elle recevait des remarques négatives lorsqu’elle assistait à des conférences sur le féminisme en étant voilée. Au fil du temps, la seule raison pour laquelle elle aimait son hijab était parce qu’elle enfreignait les règles, elle allait à l’encontre des normes. Un jour, elle prend la décision de retirer son voile et elle s’est enfin retrouvée, elle s’en est sentie libérée.

Sally, elle, a eu plus de mal à choisir de porter le voile au quotidien. Mais depuis qu’elle a pris cette décision, elle se retrouve dans son hijab. Elle a aussi vécu les mêmes critiques, les mêmes difficultés que Narjes. Mais Sally ne voit pas son voile comme un obstacle. Au contraire, elle le considère comme une forme de rébellion et de liberté, mais aussi comme une forme de cohérence avec sa foi. Elle ne se sent pas contrainte par son hijab, elle se sent justement plus à l’aise dans son corps lorsqu’elle le porte.

Même si ces deux jeunes femmes ont eu des expériences opposées et ont une opinion différente sur le port du voile, elles ne se permettent pas de juger l’autre sur sa décision. Et c’est le même message qu’elles veulent faire passer : Qu’importe le choix que nous faisons, libre à chacun de faire ce qui lui plaît. Narjes et Sally se battent pour que toutes les femmes puissent choisir de se vêtir comme elles le veulent, que ce soit en minijupe ou en hijab.

Se voiler est une décision compliquée à prendre. C’est un choix personnel qui implique la femme musulmane et sa foi. Et même si leur foi est grande, porter le hijab n’est peut-être pas leur priorité. Non seulement c’est un choix important, il est d’autant plus difficile à prendre dans notre société actuelle. Le voile est interdit dans la plupart des établissements scolaires, il est difficile de trouver un emploi où le retirer n’est pas une obligation, il y a encore beaucoup de discriminations et d’islamophobie.

Quoi qu’il en soit, ce choix ne regarde que la musulmane. Personne ne peut la forcer ou lui interdire de se voiler. Comme l’ont si bien dit Narjes et Sally, libre à chacune de décider de porter le hijab, de le retirer ou bien de ne pas le porter du tout.

Elina Edilsoultanova