11. Bières chapi

Des ragots racontent que certains « moldus » assoiffés (les étudiants non-baptisés selon la nouvelle légende urbaine) se voient refuser leur demande de bières une fois au bar. Loin de nous la volonté d’en douter… Mais on a préféré interroger les premiers concernés sur ce bruit de couloir.  Alors, info ou intox ?

Jonathan, assistant psycho :

Intox ! C’est juste une croyance populaire. Pour ma part, chacun paie sa place et je ne fais aucune distinction, je sers tout le monde. Disons que l’avantage que tu as, ce n’est pas la penne mais les connaissances que tu peux te faire. Du coup, quand tu connais ton pote au bar, c’est toujours plus simple. Mais j’admets qu’il existe des tocards partout, que ce soit dans les baptisés ou non d’ailleurs ! Certains pensent que le baptême permet de prendre les autres de haut, c’est un peu le pouvoir de servir des bières qui monte à la tête… Et puis, la preuve que ces gens sont rares : on n’a jamais vu autant de monde aux Saints ces dernières années.

Julien, assistant pharma :

Mythe en général mais réalité pour certains… Bon, j’avoue que ça m’arrive de laisser passer plus souvent mes potes baptisés que certains non-baptisés mais c’est souvent pour taquiner. Puis quand une tête ne me revient pas, je nie un peu. C’est vraiment pour rire et parce que certaines personnes s’énervent assez facilement. Mais je sais bien que quelques petits nouveaux prennent ce jeu un peu trop à cœur. Et je crois que le critère baptisé ou non-baptisé n’est pas toujours appliqué. Je connais certains assistants qui à la vue d’une jolie fille vont la privilégier plutôt que d’autres, chacun ses critères. Mais selon ce que j’ai déjà pu voir, il y a rarement de la discrimination, ça reste dans une optique drôle.

Verdict : on penche plutôt vers l’intox.