DELCOURT_Marie

Née en 1891 à Ixelles, Marie Delcourt est l’une des rares femmes à intégrer l’université de Liège à l’époque. Célèbre pour son conservatisme, l’enseignement supérieur liégeois supportait mal la présence féminine. Ces femmes ne manquaient pas non plus de déranger la haute bourgeoisie locale. Marie faisait partie d’un groupe restreint de femmes qui a œuvré pour leur acceptation au sein du monde académique.

Dans les années 1910, il n’existe aucune école secondaire qui prépare les jeunes filles à étudier à l’université. En 1911, Marie décide donc de tenter sa chance et de passer les examens du jury central malgré tout. Qu’à cela ne tienne, elle sort quelques années plus tard doctorante en philologie classique !

C’est à la fin de ses études que son activisme se marque plus fortement. Elle devient professeure de grec au lycée Waha et milite en parallèle pour le développement de l’éducation des jeunes filles, le droit de vote des femmes ainsi que leur droit au travail.

Assoiffée de connaissances, elle pousse son combat féministe à son apogée en devenant la première chargée de cours à l’Université de Liège. Elle éveille également les consciences à une nouvelle thématique et crée dans la foulée un cours libre d’humanisme.

Portée par ses mœurs révolutionnaires, Marie Delcourt tombe dans la marginalité en dépit de la matière traditionnelle qu’elle enseignait : la philologie. Ses œuvres s’articulent autour de trois sujets majeurs : les biographies, la religion et les mythes grecs et les grandes traductions.

Un objet d’étude antique pour une jeune femme moderne, qui écrira même un bouquin sur la bisexualité dans l’Antiquité grecque.

 

  • Plus d’informations sur le bicentenaire :
  1. Le saviez-vous ? L’ULg compte 23 000 étudiants de 126 nationalités différentes avec 3300 diplômés par an pour 11 facultés.
  1. Les événements du bicentenaire : « Rallye du 200E» le 6 et 7 mai, « Jubilé de la faculté de Psychologie, Logopédie et sciences de l’éducation » le 19 et 20 mai, Expo « J’aurai 20 ans en 2030 » dès le 29 septembre à la Gare des Guillemins, Conférence « « Les premières » de l’Université de Liège » le 24 octobre.
  1. Les étudiants célèbres : Laurette Onkelinx (ancienne vice-première ministre), Pierre Kroll (caricaturiste), Georges Simenon (écrivain), Didier Reynders (actuel ministre des Affaires étrangères)
  1. Les origines de l’ULg : En 1808, c’est sous le régime français que la première Charte universitaire liégeoise est établie. A son arrivée au pouvoir, Guillaume Ier des Pays-Bas réforme l’enseignement belge et inaugure solennellement l’ULg en 1817.