Des étudiants sur la passerelle au centre de Liège

© Thomas Ravanelli

“Je ne veux pas de votre espoir, je veux que vous paniquiez ”. Avec ces mots adressés aux politiques, Greta Thunberg, 16 ans, résume parfaitement l’état d’esprit des jeunes en marche pour le climat. Cette militante suédoise avait décidé de faire grève le 16 septembre 2018 en brossant les cours pour s’installer devant le parlement de son pays. Le mouvement s’est répandu comme une trainée de poudre. Entre l’été caniculaire (jusqu’à 50 degrés en Algérie !) et les incendies mortels qui en ont découlé, le dernier rapport des scientifiques sur le climat était probablement l’étincelle responsable de la prise de conscience de l’urgence dans laquelle nous sommes. Cette urgence d’agir réunit notre génération, consciente des répercussions directes du dérèglement climatique auxquelles nous devrons faire face.   

Le 31 janvier dernier, nous étions plus de 15.000 Liégeois à manifester pour la première fois en faveur du climat dans les rues de la cité ardente. Un chiffre record, que les organisateurs n’avaient pas anticipé.  Une foule majoritairement composée des étudiants du secondaire, initiateurs du projet. Au même moment, des mesures contre le brossage endiguent l’engouement des jeunes pour les manifestations durant les heures de cours. Mais tant que les politiques ne feront pas du changement climatique leur priorité, les bancs des écoles et des universités resteront vides, ne fût-ce que quelques heures par semaine. Quel que soit notre bord politique et nos convictions, le mot d’ordre reste le même : Pas de planète, pas de futur !  

En attendant que les efforts individuels s’intègrent dans un plan d’action politique global, le P’Tit Torê est allé rencontrer des jeunes engagés pour le climat par leurs actions individuelles. Sur ce, nous te laissons avec une nouvelle élue sur la liste écolo, une jeune aventurière en route pour dépolluer les océans en voilier. En plus de ça, tu découvriras les initiatives d’universités non loin de nos frontières et les leçons que nous pouvons en tirer pour notre propre institution.  

Côté mobilité, nous avons donné la parole à ceux parmi vous qui utilisent quotidiennement des moyens de transport plus écolo. Plus que jamais, les étudiants Liégeois sont plus chauds que le climat ! 

Victoria Koffi 

Corédac’ chef