Neymar-Jr's-Five

Neymar-Jr’s-Five

Quel autre sport que le football peut rassembler autant de jeunes du monde entier autour d’un même projet ? Des plages de Hong-Kong au bitume de Johannesburg en passant par les parquets de Delhi, plus de 80 000 footballeurs en herbe cherchent à se faire une place au soleil de Sao Paulo.

Le Neymar Jr’s Five posait ses bagages au Soccer Club de Sclessin pour la seule étape wallonne des qualifications belges. Les deux équipes gagnantes rencontreront à Bruxelles les plus grosses cylindrées du pays. Une seule défendra les couleurs de la Belgique au Brésil.

« On est venus ici uniquement pour gagner », assène Ayoub d’entrée. La rage de vaincre du Liégeois de 18 ans aura raison de ses concurrents. Quelques matches plus tard, sa « Draft Team » d’élèves de Saint-Véronique, valide son billet pour la finale nationale. Les « Charleroi Youngzz » les y accompagneront. Du lourd. « On était déjà en finale la dernière fois. On a toujours notre défaite en travers de la gorge. Cette fois, on va aller au Brésil », assure Yusuf.

Les règles créées par Neymar visent à accélérer le jeu. Pas de gardien, petites cages, 5 contre 5 : en dix minutes, l’affaire est pliée. Originalité supplémentaire : un joueur doit quitter les siens à chaque but encaissé.Visiblement, le concept plaît. « Technique, tactique et vivacité doivent être incontournable », explique Ayoub, actif à la KAS Eupen dans le foot à onze.

Né l’an passé, le projet du footballeur du FC Barcelone est voué à un succès grandissant. Ce tournoi tentaculaire voit se rencontrer la fine fleur du foot à 5. Les représentants des 53 pays en compétition s’affronteront à l’Institut Neymar Jr. l’été prochain. A la clé : le privilège de jouer contre Neymar lui-même et d’assister à un match du Barça en VIP. Et le titre de meilleure équipe de five de la planète, au passage.

Olivier Daelen