On le remarque assez facilement, les étudiants de l’Université de Liège sont, pour la plupart, assez déconnectés de la nature qui accueille leur campus. Pour remédier à cela et leur permettre de s’épanouir pleinement dans ce cadre de vie, il est prévu de lancer des visites guidées du site au printemps 2019.  

Ces visites seront axées sur le patrimoine historique, architectural mais surtout naturel de l’Université, car elles seront données par les étudiants en master 1 en Biologie des Organismes et Ecologie. Ils vous parleront notamment des espèces invasives présentes sur le domaine, de la façon dont l’Université a protégé la forêt de l’appétit féroce des promoteurs immobiliers ou encore des propriétés médicinales des plantes (notamment celles qui évitent la gueule de bois !) 

Rejoignez le groupe Facebook « Visites guidées Sart-Tilman » afin de rester informé et de suivre l’avancée du projet. 

Sart Tilman Liège

La gestion de la réserve

L’Université de Liège est une des seules au monde à être implantée sur une réserve naturelle. Mieux que ça ! Elle participe activement à la gestion et protection de ce site de plus de 400 ha. C’est grâce à ses efforts qu’on y retrouve de nombreuses espèces protégées dont le blaireau, la couleuvre à collier ou encore la violette calaminaire. Le Sart-Tilman est, pour sa majeure partie forestière, une réserve intégrale, ce qui signifie que la nature est laissée libre d’évoluer comme bon lui semble et que l’homme intervient peu.

BlaireauDe son côté, la lande de Streupas est une zone unique. Elle résulte de l’exploitation industrielle en contrebas qui a tellement pollué la zone que les arbres sont morts, laissant apparaître une végétation herbacée poussant uniquement sur ces sols devenus riches en métaux lourds. Pour conserver ce biotope très particulier, des fauches et débroussaillages réguliers sont absolument nécessaires.  

La réserve naturelle a un dernier défi à relever. En effet, une parcelle aussi riche n’a d’intérêt que si le grand public y a accès et est sensibilisé et informé. La mission pédagogique est donc un engagement majeur de la réserve. 

Ce cadre de vie fait donc, en tant qu’étudiants et personnel de l’Université, entièrement partie de notre patrimoine et mérite toute notre attention. 

Guillaume Bernard

étudiant en biologie de la conservation,

membre du pôle Infrastructure de la Fédé.