Interview d’Alain Jenotte

Actuellement, l’accessibilité de la jeunesse à l’information reste un problème de taille. Certaines rédactions tentent d’y remédier en recrutant de jeunes journalistes pour avoir une vision plus moderne et plus tournée vers ce lectorat. Chargé de cours à l’Université de Liège et journaliste au Soir, Alain Jennotte a accepté de s’entretenir avec le P’tit Torê pour aborder cette thématique.

Au moment d’aborder le sujet, le constat d’Alain Jennotte n’est pas le meilleur qui soit. « On entend souvent que l’info est partout, qu’il suffit d’ouvrir une page web pour que ça ruisselle d’info mais l’information à valeur ajoutée n’est pas aussi accessible qu’on ne le pense ».

A cela, il donne plusieurs raisons. « D’abord, l’accès à l’info à valeur ajoutée des médias traditionnels reste payant. Ensuite, les blogueurs et les médias coopératifs ou gratuits tendent à être méprisés alors qu’ils fournissent des infos à haute plus-value. Et puis, on ne donne pas assez les clés aux lecteurs pour qu’ils comprennent ce qui est complexe. Il est important de rendre cette info disponible au plus grand nombre ».

Les méthodes pour consommer l’info se sont multipliées grâce à Internet. Mais n’ont-elles pas complexifié son accès ?  « Avant, il suffisait de lire les journaux et/ou d’écouter la radio et la TV pour se tenir au courant de ce qu’il se passait. Mais ça voulait dire qu’on n’avait qu’une seule voix qui allait façonner notre opinion », répond Mr Jennotte.

« Le journaliste n’est plus l’espèce d’oracle qui va tout t’expliquer. Grâce à Internet, d’autres personnes qui ne font pas partie de la profession peuvent aussi informer et ouvrir le champ d’opinion des citoyens », poursuit-il. « Aujourd’hui, même si ces techniques sont complexes, il est toujours possible d’aller chercher d’autres vérités sur les évènements grâce à elles. Mais les choses ne tombent pas toutes cuites non plus ! »

Les bons conseils de Jenotte pour s’informer autrement 

Pocket : Pour sauver des articles et les lire sous une forme débarrassée de tout ce qui est superflu.

Feedly : Pour être informé de tous les nouveaux articles qui sortent.

Flux RSS : Pour rester à jour sur une grande multiplicité d’informations sans passer des heures à visiter tous les sites.

Mediapart : Un site certes payant mais offrant des articles de qualité.

Twitter : Pour avoir une grande réactivité pour les infos et les évènements qui vont nous toucher.

  • Je m’abonne plutôt aux comptes de journalistes qui m’intéressent car quand il y a quelque chose d’imparable sur tel ou tel média, ce journaliste va de toute façon le retweeter.
  • Je m’abonne souvent via des retweets, donc quand une personne à laquelle je suis abonnée retweete quelqu’un et que la personne est intéressante.
  • J’essaye de limiter la communauté de personnes à laquelle je m’abonne pour que le flux de tweets ne soit pas du bruit sans intérêt.

Témoignages

Tout le monde ne s’informe pas de la même façon. Nous avons posé la question à trois étudiants: comment consommez-vous l’actualité ?

Chiara, étudiante en soins infirmiers: « Je m’informe majoritairement sur internet, je suis toujours connectée sur mon téléphone, même à l’école. Je lis des articles sur les faits divers, l’alimentation et la santé. La page Facebook « Mr Mondialisation » est très interessante. J’ai aussi téléchargé l’application RTL, qui est super pratique ».

Céline, étudiante en droit: « Je regarde tous les jours le journal télévisé, et j’écoute parfois la chronique économique d’Amid Faljaoui sur Classic 21. Youtube est également une plateforme que j’utilise beaucoup pour m’informer ».

Antoine, étudiant en e-business: « Le plus souvent, je lis des articles qui tombent dans mon fil d’actualité sur Facebook. Ils proviennent surtout de la page du journal Le Soir ou Figaro. Les sujets qui m’intéressent le plus sont l’économie et le monde du web. J’écoute aussi la radio le matin quand je conduis ».

Joachim GILLES et Anne GERDAY