5. Nouveaux élus écoloDe prime abord un peu timide, il suffit de l’interroger sur ses idées politiques pour que Camille Hoffsummer, étudiante en histoire de 20 ans, vous en mette plein la vue. Récemment élue au conseil communal de Theux, cette écologiste convaincue s’est entretenue avec le P’Tit Torê. 

 

Depuis combien de temps es-tu engagée chez écolo ? 

Près de 4 ans, c’est en fin de rhéto et à la surprise de mes parents, que je suis devenue membre du parti Écolo. Même si militante est un grand mot, j’ai toujours été sensible à la question environnementale et m’engager en politique, et chez Ecolo, semblait logique. 

À l’université, comment as-tu œuvré pour la cause écologique ? Au sein d’Écolo J ou d’un autre cercle politique ? 

Cette année, j’ai commencé par insister, au sein du Cercle d’Histoire, sur l’utilisation de gobelets recyclables et sur une conscientisation au tri des déchets. J’essaye d’œuvrer à mon échelle dans les organisations dont je fais partie, mais je ne pense pas qu’Écolo J correspond à ce que je recherche. Ils sont malheureusement très peu nombreux et manquent de propositions concrètes. Le fait que les jeunesses d’Ecolo soient très dispersées est peut-être aussi problématique. 

Quels sont tes objectifs en tant que conseillère communale ? 

Avant tout, faire passer le message de la jeunesse. Mon accession à ce poste est surprenante et inattendue, mais tellement motivante : nous, les jeunes, avons également des choses à dire et à proposer pour la commune. Nous avons un angle de vue différent, souvent une grande soif de démocratie et c’est en s’impliquant que nous pouvons faire changer les choses. 

 

Retour sur une « vague verte ».

5. image belga écolo

Les élections communales du mois d’octobre ont vu la consécration d’Ecolo : le parti s’empare de 9 maïorats et réalise des percées historiques dans la majorité des provinces. Le choix d’Ecolo, majoritaire chez les « nouveaux votants », s’explique par une approche locale et ciblée, complétée par le rôle de « chevalier blanc » acquis après la révélation des affaires (PublifinSamusocial,…) et l’importance de la bonne gouvernance au sein de son programme. Présenté par certains comme un choix de rejet des partis traditionnels, on peut cependant constater que là où il détenait un soutien important, Ecolo et ses élus le conservent. 

Propos recueillis par Hugo Leroy