Actuellement, dès que l’on prononce le mot « réfugié », cela suscite débat au sein de notre société. Amalgames, cris, colère, incompréhension, peur ! Moult a priori alors enfuis en nous, resurgissent aussitôt. Quant aux préjugés, ce sont bien souvent des arguments déployés à tort et à travers lors de discussions animées. La majorité des gens semblent percevoir cette vague de personnes fuyant la guerre comme étant une menace ou une invasion. Pourquoi ? Parce que les médias nous donnent une mauvaise image d'eux ? Parce que leur arrivée remet en question notre identité ? Et si on reprenait les choses depuis le début et qu'on essayait de réellement comprendre ce phénomène...

RÉFUGIÉS OU IMMIGRANT ? Termes semblables, définitions opposées !

Un immigrant est une personne qui vit de manière temporaire ou permanente dans un pays dont il n'a pas la nationalité, sur un territoire sur lequel il n'est pas né. Il peut s’agir d’immigrant politique, économique ou culturel. L’immigrant fait donc le choix volontaire et raisonné de quitter son pays natal en vue de s’établir dans autre pays, lui offrant de meilleures perspectives d’avenir ou lui correspondant mieux, tout simplement.

A contrario, un réfugié est une personne forcée de quitter son pays natal pour une question de vie ou de mort. Le réfugié souhaite se protéger car sa vie et sa liberté sont en danger. Ce sont donc des personnes fuyant la guerre, les persécutions ou encore la violence.
 Ces-derniers viennent se réfugier dans un pays qui leur est étranger et demandent l'asile. Cela veut dire qu'elles demandent une protection de l'état dans lequel elles se retrouvent. Dès lors, on les place dans un centre d'accueil (ou un autre établissement d'hébergement) pour une durée indéterminée, dans l'attente d'une réponse. En cas de refus, la personne reçoit l'ordre de quitter le territoire. Cependant, si la personne est acceptée en tant que réfugiée dans un pays, elle obtient un droit de séjour, reçoit des papiers adéquats et peut travailler dans le « pays d’accueil ». Elle aura aussi droit à quelques ressources lui permettant de vivre et de s'installer dans un logement adéquat.

Concrètement, ce n'est pas une partie de plaisir de quitter son pays dans de telles conditions. Beaucoup de personnes semblent l’oublier de nos jours ! 
Qui plus est, on semble avoir la mémoire courte. Nous aussi, petits belges, avons porté le statut de « réfugiés » pendant quelques années. Rappelez-vous... Lors de la seconde guerre mondiale ! Nos chers amis hollandais, anglais, français... (et bien d'autres) nous ont hébergé chaleureusement. Alors pourquoi avons-nous tant de mal à rendre la pareille ?

SAVOIR APPRENDRE DE L’HISTOIRE

Ces gens sont différents de nous, c’est vrai. Ils ont une culture tout autre, tant mieux. On est méfiants, c’est normal ! L’autre fait toujours peur et les récents événements terroristes n’aident pas. Les amalgames vont bon train et suscitent une atmosphère pour le moins tendue au sein de notre société. L’Homme ne peut-il pas apprendre de l’Histoire une bonne fois pour toute ? Ne pouvons-nous pas tous vivre en paix et faire preuve d’humanité ? La Guerre de Sécession, la première guerre mondiale, la 2ème guerre mondiale, le colonialisme, les guerres de religion...A croire que l’humain ne cesse de se dépasser en matière d’erreurs. Pire encore, il ne fait rien pour se racheter.
 L’actualité joue avec nos craintes, forge des arguments qui n’ont pas lieu d’être. Les propos racistes fusent, les partis d’extrême droite montent en flèche. Eux, n’attendent que ça : le fléau, la terreur, diviser pour mieux régner. Toutefois, le meilleur rempart contre tout cela reste le savoir. Prenons le temps d’aller à la découverte d’autrui, de nous intéresser à son histoire, à l’histoire de manière générale.

« Quand arrivera le temps bien heureux où les anthropologues et philosophes modernes (...) cesseront de fabriquer des études dont le seul but est de calomnier des races opprimées. » Africanus Horton, intellectuel sierra-léonais (1868). À Liège se tient actuellement l’exposition Zoos humains qui veut rendre compte du fait que les concepts de « peuples sauvages » et de « peuples civilisés » ne sont en réalité qu’un mirage encré dans notre imaginaire collectif. Elle souhaite faire comprendre au public que les préjugés racistes, les stéréotypes, les discriminations n’ont rien apporté de bon dans le passé et n’apporteront rien de bon dans le futur. Cette exposition peut être utilisée en guise d’électrochoc afin d’éveiller les consciences. À ne manquer donc en aucune circonstance et sous aucun prétexte ! 

Tant de personnes se sont battues à travers les siècles pour réclamer un monde meilleur, tant de personnes ont donné leur vie pour défendre des valeurs telles que la paix et la tolérance. Ne réduisons-pas leur combat à néant.


CONCRETEMENT, COMMENT VENIR EN AIDE AUX REFUGIES EN TANT QU'ETUDIANT ?

Nous avons tort de penser qu’en tant qu’étudiants nous ne pouvons pas agir. Nous aussi pouvons changer les choses, avoir un impact. L’Université de Liège offre la possibilité aux réfugiés de continuer leur cursus au sein de notre établissement. C’est l’occasion rêvée d’aller à leur rencontre. En effet, le Service Qualité de Vie des Étudiants de l’ULG, et plus précisément la cellule Diversité culturelle, offre la possibilité à nous, étudiants, de parrainer un réfugié. L’idée est simple : il s’agit de « recruter » une équipe dynamique d’étudiants comptant au minimum une année d’expérience à l’ULG et étant prêts à s’engager pour une durée minimale de six mois et de leur donner comme mission de guider ainsi que de donner les repères nécessaires aux étudiants réfugiés.

Ce n’est pas tout, l’aide aux réfugiés peut se faire également via les pétitions, le crowdfunding ou d’autres formes de volontariat.

La croix rouge ainsi que l’association Fedasil sont à la recherche de bénévoles prêts à donner des cours de langue, aider les réfugiés dans leur démarche administrative... Les dons en tous genres sont également acceptés. L’Unicef est présent aussi et propose, elle, de parrainer des enfants. Nombreux sont les choix qui s’offrent à vous. Il ne reste plus que la volonté.

Le Saviez-vous ?

  • La destination favorite des réfugiés est Singapour, en raison de la qualité de vie, de l’économie, de vie familiale mais aussi les conditions d'accueil qu’elle propose.
  •  Les principaux pays d'origine des réfugiés sont : la Syrie, la Guinée, l'Afghanistan et l'Irak.
  • En 2015, l’Allemagne a accueilli 1,5 millions de réfugiés contre seulement Belgique 39.000 pour la Belgique. Une « invasion » de réfugiés disiez-vous ? 
 

  • Depuis le 8 juillet 2016, le séjour d'un réfugié reconnu est limité à 5 ans. 
Donc faisons en sorte à ce que leur séjour soit agréable et qu'ils en gardent un beau souvenir...

En tant que futurs adultes du monde de demain, nous devons nous interroger sur notre société actuelle. Qu’aimerions-nous garder ? Qu’aimerions-nous améliorer ? Quel monde veut-on laisser à nos enfants ? Pour répondre à toutes ces questions, il est important de se munir de son esprit critique, et rester attentif à ce qui se passe autour de nous. Les médias sont là pour nous tenir informés, non pour nous dire comment agir. Ouvrez-vous au monde, il a tellement à vous offrir ! De plus, il n’y a que de cette manière que vous pourrez réellement changer les choses. Nous terminerons en citant Lilian Thuram (2008) : « Nous devons intégrer l’idée pourtant simple que la couleur de la peau, la religion ou le genre d’une personne ne détermine en rien son intelligence, ses capacités physiques, ce qu’elle aime ou déteste. »

Orosca HOUMEY & Shana LYES