20.02.2014/Liège-Belgique/ Portrait d'Albert Corhay, Eric Haubruge, Freddy Coignoul et Rudy .Photo : Jeanlouis Wertz

Photo : Jean-Louis Wertz

Une valise de compétences

Après avoir obtenu une licence, et une maîtrise en Administration des Affaires à l’université de Liège en 1981, Albert Corhay s’envole pour Cambridge (UK) où il obtiendra le titre de Docteur en Économie financière en 1989.

« A mon retour de Cambridge, j’ai rapidement été amené à occuper des fonctions à responsabilités au sein de ma faculté. D’abord en tant que Président du Conseil des études, ensuite en tant que Doyen de la faculté ». Sous les deux mandats rectoraux de Bernard Rentier, il est élu Vice-Recteur en 2005, et Premier Vice-Recteur en 2009. Il gagne les élections rectorales en 2014 et devient Recteur. Il ajoute : « Pour exercer la responsabilité de Recteur, il faut une connaissance de l’institution que le candidat doit acquérir tout au long de son parcours au sein de celle-ci. Il faut bien connaître les différentes composantes de l’institution pour être un bon Recteur. Dire après 1 an ou 2 ans qu’on pourrait être Recteur, cela me paraît… aberrant, oui. Le dire après 5 ou 6 ans, cela me paraît raisonnable. Ce qui était mon cas en 2014 ». Si Albert Corhay se représente aussi comme Recteur, c’est également pour poursuivre le plan stratégique institutionnel, voté à l’unanimité (sauf une abstention pour ce qui était des infrastructures) par le Conseil d’Administration, et dont il n’a pas tout pu mettre en œuvre jusqu’à présent.

Quelques éléments de bilan

Monsieur Corhay souhaite accroître la mobilité entre les implantations du centre-ville et du Sart-Tilman. Cela passe selon lui par la mise en place de différentes mesures. L’augmentation de la fréquence du nombre de bus en est une. Même si Monsieur le Recteur « doute que nous ayons un jour une gare au Sart-Tilman, ou qu’il soit facilement accessible pour tous d’y aller à vélo » depuis le centre-ville,  il estime que « pour améliorer la mobilité, nous pouvons développer des parkings au Sart-Tilman, notamment pour le covoiturage, encourager et faciliter la mobilité douce, aménager les infrastructures et gérer les horaires de manière plus adéquate ». En outre, il explique qu’il est prévu que la Place du XX août soit aménagée pour faciliter l’utilisation de vélos: « des discussions sont en cours avec la Ville de Liège, celles-ci prennent du temps, mais on arrive à quelque chose ». Il est content par ailleurs d’avoir pu offrir au folklore estudiantin une nouvelle salle de fête à Droixhe : « Le folklore fait partie de la vie universitaire et la salle de guindaille à Droixhe est un acquis que je me félicite d’avoir obtenu, car la sécurité des étudiants n’a pas de prix. A chaque réunion avec la Ville, c’est un sujet que j’ai évoqué, jusqu’à ce que j’obtienne satisfaction ». Pour lui « l’Université et les étudiants font partie des éléments de la vie liégeoise » , sans l’Université, la ville de Liège ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Infrastructures étudiantes

Au-delà de la problématique de la mobilité, Monsieur Corhay rajoute qu’en ce qui concerne les infrastructures, il souhaite repenser les bibliothèques et les espaces de travail pour les étudiants, notamment en période de Blocus : « il y a une forte demande de la part des étudiants en ce qui concerne les lieux d’études, il faut y répondre ». Tandis que l’Université réaménage plusieurs de ses sites, il souhaite poursuivre la transition numérique de l’université et moderniser les bibliothèques. De plus, monsieur le Recteur pense qu’il faut aussi revoir les salles de cours : « une question que je me pose c’est de savoir s’il faut encore concevoir des grands amphithéâtres ou plutôt des locaux plus petits, plus appropriés à de l’enseignement en petit groupe. Je ne crois pas qu’aujourd’hui les professeurs soient encore là pour débiter leur(s) matière(s) avec des étudiants qui écrivent, les étudiants sont partie prenante des enseignements ». Une problématique soulevée par monsieur Corhay, est celle du logement étudiant, notamment sur le campus du Sart-Tilman : « il faut y développer plus de logements pour nos étudiants». Monsieur le Recteur souhaite par ailleurs  généraliser l’utilisation d’une carte d’étudiant intelligente, permettant de sécuriser certaines implantations de l’université comme des laboratoires, faciliter et réserver l’accès à certains parkings, aux bibliothèques…

Recherche

Monsieur Corhay estime qu’il faut aussi financer le matériel permettant aux chercheurs/euses et professeurs/es de conduire leur(s) recherche(s) dans le meilleur cadre possible, et de garder ce matériel à la pointe. En outre, « permettre à nos chercheurs/euses de faire de la recherche, c’est rendre service aux étudiants, à l’université et au développement de la science ». Monsieur le Recteur estime qu’il faut « mutualiser les moyens en constituant des unités de recherche et continuer à nouer des partenariats afin d’encore davantage renforcer [cette] recherche ». « Si plusieurs institutions mettent ensemble des moyens pour conduire la même recherche, il va de soi que les moyens seront plus conséquents que s’ils font tous de la recherche chacun de leur côté ». Il rappelle également que dans les universités l’enseignement est par nature lié à la recherche. La recherche fondamentale lui est spécifique, mais la recherche appliquée y est aussi de plus en plus développée.

 

Enseignement

Albert Corhay « se soucie des étudiants et de leur parcours dans l’enseignement supérieur ». Pour les étudiants en fin d’études secondaires, une meilleure information sur les disciplines et les métiers auxquels elles conduisent lui semble primordiale : « Il nous faut développer des outils permettant d’aider à l’orientation, et pour ceux qui sont déjà dans un cursus de l’enseignement supérieur, à la réorientation et à la valorisation des acquis ». Et de rajouter : « pour moi vous savez, un étudiant est une personne responsable qui au terme de ses études, 3 ans, 5 ans ou peut-être plus s’il/elle décide de faire un doctorat, remplira un rôle sociétal ». En développant ces outils, celui qui a créé le Conseil de la Vie Étudiante souhaite « replacer l’étudiant au centre » et « le rendre plus actif ». Via le couplage du Numérique avec l’Enseignement monsieur Corhay souhaite prôner d’autres manières d’enseigner, et de rajouter : « nous devons revoir nos méthodes d’enseignement ».

 

« Pourquoi les étudiants devraient-ils voter pour vous ? »

« D’abord, parce que j’ai de l’expérience dans les affaires rectorales. Comme je vous l’ai dit, j’ai travaillé pendant 9 ans au rectorat avec Bernard Rentier, et je suis dans ma quatrième année de mon mandat de Recteur, j’ai donc une expérience considérable dans ce domaine. J’ai pu, dans le cadre de ce mandat commencer à mettre en place au travers d’un plan stratégique institutionnel un ensemble d’éléments qui positionnent notre Université en enseignement et en recherche, que ce soit sur un plan régional ou international. Je souhaite pouvoir finaliser cela et mettre l’Université de Liège en position idéale pour aller de l’avant. 

Et puis, il y a quelque chose que je voudrais souligner : vous pouvez le demander autour de vous, je n’ai jamais fermé ma porte à un/e étudiant/e. J’ai toujours été prêt à écouter et à entendre ce qu’ils/elles avaient à dire et à en discuter. J’ai créé le Conseil de la Vie Étudiante pour cela. C’est cela aussi être recteur à mes yeux : savoir se montrer disponible pour toute personne de la communauté universitaire, les étudiants comme les autres ».

Propos recueillis et interview mise en forme par Thomas Ravanelli